Actes 29 un réseau divers et global d’églises qui implantent des églises
Play Video
Nous sommes
Actes 29
Nous sommes Actes 29
Ce que nous sommes

Actes 29 est un réseau global et diversifié d’églises qui implantent des églises dont les traits de caractère principaux sont :

  • la clarté théologique
  • l’engagement culturel
  • l’innovation missionnel
Ce que nous croyons

Actes 29 se place dans la tradition de la confession évangélique historique. Nous croyons qu’il est essentiel que dans chacune de nos églises locales, les Anciens définissent leur position concernant les doctrines d’ordre secondaire ; cependant, nous souhaitons faire connaître nos convictions concernant les cinq fondements théologiques distinctifs suivants :

  • la centralité de l’Évangile dans tous les aspects de la vie
  • la souveraineté de Dieu dans le salut des pécheurs
  • l’œuvre du Saint-Esprit dans la vie et le ministère
  • l’égalité homme-femme et le principe du chef-serviteur pour l’homme
  • l’église locale en tant que principale stratégie de Dieu pour la mission
Ce pour quoi nous voulons être connus

Actes 29 s’assurera d’être un réseau connu pour :

  • l’implantation d’églises qui implantent des églises
  • la poursuite de la sainteté et de l’humilité
  • sa communauté radicalement diversifiée et globale
  • sa prière de voir des conversions à travers l’évangélisation
Comment nous définissons la réussite

La réussite d’Actes 29 sera mesurée par les critères suivants :

  • nous recrutons des hommes dévoués à la conduite d’églises qui implantent des églises
  • nous évaluons des hommes à partir des compétences de base pour la conduite d’églises qui implantent des églises
  • nous développons des hommes qui implantent ou dirigent des églises qui implantent des églises à travers le coaching, la formation, et le soutien
Conseil
Matt Chandler
Matt Chandler
Président
Steve Timmis
Steve Timmis
Directeur exécutif

Brian Howard
Brian Howard
Conseil

Brian Walck
Brian Walck
Conseil


Dwayne Bond
Dwayne Bond
Conseil
Gareth Paul
Gareth Paul
Conseil


Ryan Kwon
Ryan Kwon
Conseil
Vic Keller
Vic Keller
Conseil


Équipe

Click an arrow or thumbnail to see bio information
Previous Next
Jay Bauman Co-Network Director | Latin America Jay Bauman pastors Igreja do Redentor, a church plant in Rio de Janeiro, Brazil, as well as Union Church, an English-speaking congregation. Jay founded Restore Brazil, a ministry devoted to church planting, pastoral training and mercy ministry. He lives in Rio with his wife Luciane and his two daughters, Sophia and Olivia.
Kevin Peck Network Director | Emerging Regions Kevin is the lead pastor at the Austin Stone Community Church and the Acts 29 Emerging Regions Network Director. He received a M.Div from Southwestern Baptist Theological Seminary and a D.Min in Leadership at Southern Seminary. He is the joyful husband of Leslie and father to Ellie, Halle, and Ivey.
Francisco Bendfeldt Co-Network Director | Latin America Francisco began his ministry as a teenager and during the last 20 years has preached in several countries around the world. He is the lead pastor of Casa de Libertad in Guatemala City and has a passion to reach others with the Gospel through church planting. He lives in Guatemala with his wife Carol and his 4 children.
Philip Moore
Matthew Spriggs
Brian Lowe Network Director | US Southeast Brian Lowe has a degree in Biblical Studies from Reformed Theological Seminary. He planted Exodus Church—now grown to 2 congregations—after 16 years with student ministry. Brian’s heart is to be involved in Jesus’ mission through developing church planters. Brian is blessed with a wonderful wife, Cheryl, and four children.
Brian Howard

Préambule

Actes 29 est un réseau d’églises qui implantent des églises, et qui se place dans la tradition de la confession évangélique historique. Nous croyons qu’il est essentiel que dans chacune de nos églises locales, les Anciens définissent leur position concernant les doctrines d’ordre secondaire ; cependant, nous souhaitons faire connaître nos convictions concernant les cinq fondements théologiques distinctifs suivants.

De plus, nous sommes en accord avec la confession de foi de la déclaration de Lausanne.

Nous sommes passionnés par la centralité de l’évangile.

Nous croyons que l’évangile est la Bonne Nouvelle de ce que Dieu, dans sa grâce, a accompli pour les pécheurs à travers la vie sans péché, la mort sacrificielle, et la résurrection corporelle de son Fils, notre Sauveur, Jésus-Christ, c’est-à-dire le pardon de nos péchés et notre justification devant Dieu. Cet évangile est également le fondement de notre confiance dans le triomphe ultime du royaume de Dieu, et la réalisation de son plan pour toute la création dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre.

Cet évangile est centré sur Christ ; il est le fondement de la vie de l’Église ; il constitue notre seul espoir d’une vie éternelle. Cet évangile n’est pas proclamé si dans notre message, la mort propitiatoire de Christ et sa résurrection corporelle ne sont pas centraux.

Cet Évangile n’est pas seulement le moyen par lequel nous sommes sauvés ; il est aussi la vérité et la puissance par lesquelles nous sommes sanctifiés. C’est la vérité de l’Évangile qui nous rend capables de faire, de manière sincère et joyeuse, ce qui est agréable à Dieu, et de devenir de plus en plus semblables à l’image de Christ.

Le salut offert dans ce message d’évangile est reçu par la grâce seule, à travers la foi seule, et en Christ seul ; aucune ordonnance, aucun rituel, aucune œuvre, ni aucune autre activité venant de l’homme n’est nécessaire pour être sauvé.

(Marc 1.1 ; Luc 24.46-47 ; Jean 3.16-18 ; Romains 1.16-17 ; Romains 1.18-25 ; 1 Corinthiens 1.18-25 ; 2.2 ; 15.1-4 ; 2 Corinthiens 4.1-6 ; 9.13 ; Galates 1.6-9 ; Éphésiens 1.7-10 ; Colossiens 1.19-20 ; 2 Timothée 1.8-14 ; 2 Pierre 3.11-13 ; Jude 3-4 ; Apocalypse 21-22)

Nous acceptons avec enthousiasme la souveraineté de la grâce de Dieu dans le salut des pécheurs.

Nous affirmons que Dieu nous a choisi en Christ avant la fondation du monde, non sur la base d’une foi connue d’avance, mais de manière inconditionnelle, selon son bon plaisir et sa volonté souveraine.

Nous croyons que grâce à l’œuvre de l’Esprit Saint, Dieu attira les élus à la foi en son Fils, notre Seigneur Jésus-Christ, en surmontant, avec grâce et efficacité, leur résistance obstinée à l’évangile, afin que de manière certaine et volontaire, ils croient.

Nous croyons également que ceux-là, les élus de Dieu qu’il a donné au Fils, persévéreront dans leur foi et leur comportement saint, et qu’ils seront gardés dans leur salut par grâce et à travers la foi.

Nous croyons que la souveraineté de Dieu quant au salut ne diminue pas la responsabilité humaine de croire en Christ, et qu’elle ne marginalise pas non plus la nécessité et la puissance de la prière et de l’évangélisation ; au contraire, qu’elle renforce et établit celles-ci en tant que moyens prescrits par lesquels Dieu accomplit ses desseins prescrits.

(John 1.12-13 ; 6.37-44 ; 10.25-30 : Actes 13.48 ; 16.30-31 ; Romains 3-4 ; 8.1-17, 31-39 ; 9.1-23 ; 10.8-10 ; Éphésiens 1.4-5 ; 2.8-10 ; Philippiens 2.12-13 ; Tite 3.3-7 ; 1 Jean 1.7, 9)

Nous reconnaissons et nous appuyons sur la nécessité de la présence du Saint Esprit pour toute la vie et le ministère, afin qu’il nous communique sa puissance.

Le Saint Esprit est pleinement Dieu, égal au Père et au Fils, et son ministère principal est de glorifier le Seigneur Jésus-Christ ; il convainc également les non-croyants de leur besoin de Christ, et accorde la vie spirituelle à travers la régénération (la nouvelle naissance).

L’Esprit habite en nous de manière permanente, sanctifie avec grâce, guide avec amour, et communique sa puissance à toux ceux qui sont amenés à la foi en Christ afin qu’ils vivent en obéissance avec les Écritures infaillibles.

Le exemple pour notre dépendance au Saint Esprit, ainsi que notre expérience de sa présence en nous et de sa capacité à nous communiquer sa puissance, est le Seigneur Jésus-Christ lui-même. Il était rempli de l’Esprit et entièrement dépendant de sa puissance pour l’accomplissement de miracles, l’annonce du royaume de Dieu, et toutes les autres dimensions de son ministère terrestre.

De la même manière que l’Esprit Saint habitait en Christ et lui a communiqué sa puissance, il habite en nous et nous communique sa puissance à travers des dons spirituels qu’il accorde pour l’œuvre du ministère et l’édification du corps de Christ. Bien que notre compréhension de la nature et de la fonction de ces dons diffère au sein de notre réseau, nous sommes tous d’accord qu’ils sont des dons divins indispensables à la croissance spirituelle et à un ministère efficace, et qu’ils doivent être désirés ardemment, développé fidèlement, et exercé avec amour selon les directives bibliques.

(Matthieu 3.11 ; 12.28 ; Luc 4.1, 14 ; 5.17 ; 10.21 ; Jean 1.12-13 ; 3.1-15, 34 ; 14.12 ; 15.26-27 ; 16.7-15 ; Actes 2.14-21 ; 4.29-30 ; 10.38 ; Romains 8.9 ; 12.3-8 ; 1 Corinthiens 12.7-13 ; 12.28-31 ; 14.1-33 ; 2 Corinthiens  1.21-22 ; Galates 3.1-5 ; Éphésiens 1.13-14 ; 5.18)

Nous sommes profondément attachés à l’égalité fondamentale homme-femme sur les plans spirituel et moral, et au rôle de l’homme en tant que chef-serviteur dans le foyer et dans l’église.

Hommes et femmes sont tous deux créés à l’image de Dieu, et sont donc égaux devant Dieu en tant que personnes. Ils possèdent la même dignité et valeur morales et ont le même accès à Dieu par la foi en Christ. Hommes et femmes reçoivent des dons spirituels destinés à les rendre capables au ministère au sein de l’église locale et au-delà. C’est pourquoi les femmes doivent être encouragées, équipées et rendues capables d’utiliser leurs dons dans le ministère, au service du corps de Christ, et à travers l’enseignement de manières consistantes avec la Parole de Dieu.

L’époux et l’épouse sont tous deux responsables devant Dieu pour cultiver une vie spirituelle pleine de vitalité dans leur foyer ; cependant, Dieu a donné à l’homme la responsabilité principale de conduire sa femme et sa famille d’après le modèle du serviteur Jésus-Christ qui dirige, et selon son amour sacrificiel. Ce principe de responsabilité de l’homme ne doit pas être confondu avec le contrôle absolu, ni même y faire allusion. Il s’agit plutôt du soin dans l’amour, de la tendresse et du caractère réconfortant et stable d’un homme saint qui est lui-même sous l’autorité aimante et douce de Jésus-Christ.

Les Anciens et Pasteurs de chaque église locale ont reçu l’autorité, sous la direction de Jésus-Christ, de superviser et d’enseigner/prêcher la Parole de Dieu dans l’assemblée pour l’édification du corps. Le rôle d’Ancien et de Pasteur sont réservés aux hommes.

(Genèse 1.26-27 ; 2.18 ; Actes 18.24-26 ; 1 Corinthiens 11.2-16 ; Galates 3.28 ; Éphésiens 5.22-33 ; Colossiens 3.18-19 ; 1 Timothée 2.11-15 ; 3.1-7 ; Tite 2.3-5 ; 1 Pierre 3.1-7)

Nous sommes profondément attachés à une compréhension missionnaire de l’église locale ; elle représente le moyen principal par lequel Dieu établit son royaume sur la terre.

L’église jouit d’un mandat biblique incontestable de ne pas se soucier que d’elle-même, mais de s’intéresser à son voisinage, à sa nation, et au monde entier ; la mission n’est donc pas un élément facultatif dans le programme de l’église, mais une partie centrale de l’identité de l’église.

Nous sommes appelés à faire connaitre Christ par l’annonce de l’évangile et, par la puissance du Saint Esprit, à mettre en lumière les implications de sa seigneurie pour tout aspect de la vie.

C’est principalement par l’implantation d’églises qui implantent des églises, ainsi que par la formation de responsables, que nous accomplissons cette mission. Notre but : que Jésus-Christ soit formé en chaque personne au travers du ministère des églises que Dieu nous donne d’implanter partout dans le monde.

Nous croyons également qu’il nous faut ni nous retirer de la culture environnante, ni nous laisser nous y conformer ; au contraire, nous devons par la puissance de l’Esprit engager la culture environnante avec la vérité de l’évangile, en toute humilité et avec audace, afin de chercher sa transformation et sa soumission à la seigneurie de Christ.

(Esaïe 52.7; Matthieu 10.5; 28.18–20; Luc 4.18–19; 24.46–47; Actes 28.31; Romains 10.14–15; 2 Corinthiens 10.4–5; Galates 2.10; Ephésiens 3.10; 4.11–16; 2 Timothée 4.1–5; Hébreux 10.23–25; 1 Pierre 2.4–5, 9–10)

Nous sommes en accord avec la profession de foi de l’alliance de Lausanne

Introduction

Nous, membres de l’Église de Jésus-Christ, venus de plus de 150 nations participer au Congrès International pour l’évangélisation mondiale à Lausanne, nous louons Dieu pour son salut merveilleux, nous nous réjouissons de la communion qu’il nous a donnée avec lui-même et les uns avec les autres. Nous sommes profondément touchés de ce que Dieu accomplit aujourd’hui, nous sommes poussés à nous repentir de nos manquements et stimulés par la tâche qui nous reste à accomplir dans le domaine de l’évangélisation. Nous croyons que l’Évangile est la Bonne Nouvelle de Dieu pour le monde entier. Avec l’aide de sa grâce, nous sommes décidés à obéir au commandement du Christ : proclamer cet Évangile à l’humanité entière et faire de toutes les nations des disciples. C’est pourquoi nous désirons affirmer notre foi et notre résolution et rendre public notre engagement.

1. Le dessein de Dieu

Nous affirmons notre foi au Dieu éternel et unique, créateur et Seigneur du monde, Père, Fils et Saint-Esprit, qui règne sur toutes choses selon le dessein de sa volonté. Il a appelé du milieu du monde un peuple qui lui appartient et il l’a envoyé dans le monde pour servir et témoigner, pour faire avancer son règne, édifier le Corps du Christ et glorifier son nom. Nous confessons avec honte que nous avons souvent renié notre vocation et failli à notre mission, car nous nous sommes conformés au monde ou bien nous nous en sommes retirés. Cependant, même s’il est porté dans des vases de terre, l’Évangile reste un trésor précieux et nous nous en réjouissons. Nous désirons de nouveau nous consacrer à faire connaître ce trésor au monde, par la puissance du Saint-Esprit.

(Esa. 40.28 ; Matt. 28.19 ; Éph. 1.11 ; Actes 15.14 ; Jean 17.6, 18 ; Éph. 4.12 ; 1 Cor. 5.10 ; Rom. 12.2 ; II Cor. 4.7)

2. Autorité et puissance de la Bible

Nous affirmons l’inspiration divine, la vérité et l’autorité de l’Écriture, l’Ancien et le Nouveau Testament, dans sa totalité. Il n’y a point d’erreur dans tout ce qu’elle affirme. Elle est la seule Parole écrite de Dieu et l’unique règle infaillible de foi et de vie. Nous affirmons aussi que cette Parole est puissante pour accomplir le dessein de salut de Dieu. Le message de la Bible s’adresse à l’humanité entière car la révélation de Dieu dans le Christ, telle que nous la trouvons dans l’Écriture, ne saurait changer. Par elle, le Saint-Esprit continue à nous parler aujourd’hui; dans chaque culture il illumine l’intelligence du peuple de Dieu afin qu’il perçoive personnellement et de façon nouvelle la vérité divine et il révèle ainsi à l’Église entière la sagesse infiniment variée de Dieu.

(II Tim. 3.16 ; II Pierre 1.21 ; Jean 10.35 ; Esa. 55.11 ; 1 Cor. 1.21 ; Rom. 1.16 ; Matt. 5.17, 18 ; Jude 3 ; Éph. 1.17, 18 ; 3.10 ,18)

3. Le Christ unique et universel

Nous affirmons qu’il n’y a qu’un seul Sauveur et un seul Évangile, bien qu’il y ait diverses manières d’évangéliser. Nous pensons que tous les hommes ont une certaine connaissance de Dieu, car ils peuvent le reconnaître dans ses oeuvres. Mais cette révélation naturelle ne peut les sauver car, par leur injustice, ils retiennent la vérité captive.

Nous rejetons aussi toute espèce de syncrétisme et de dialogue qui sous-entend que le Christ parle de façon équivalente au travers de toutes les religions et idéologies, car cela ne donne pas au Christ ni à son Évangile la place qui leur revient. Jésus-Christ, qui est le seul Dieu-homme et qui s’est livré comme unique rançon pour les pécheurs, est le seul médiateur entre Dieu et les hommes. Il n’y a pas d’autre nom par lequel nous devions être sauvés. Tous les hommes périssent à cause du péché, mais Dieu les aime tous. Il désire qu’aucun ne périsse mais que tous se repentent. Ceux qui rejettent le Christ refusent la joie du salut et se condamnent eux-mêmes à la séparation éternelle d’avec Dieu. Proclamer Jésus comme “Sauveur du monde” ne veut pas dire que tous les hommes sont automatiquement sauvés ou qu’ils le seront tous en fin de compte. Cela signifie encore moins que toutes les religions offrent le salut dans le Christ. Cela consiste plutôt à proclamer l’amour de Dieu pour un monde pécheur, à inviter tous les hommes à se tourner vers lui comme leur Sauveur et Seigneur et à se donner à lui, chacun personnellement et de tout son coeur dans un acte de repentance et de foi. Jésus-Christ a été élevé au-dessus de tout autre nom : nous attendons ardemment le jour où tout genou fléchira devant lui et où toute langue le confessera comme Seigneur.

(Gal. 1.6-9 ; Rom. 1.18-32 ; I Tim. 2.5, 6 ; Actes 4.12 ; Jean 3.16-19 ; II Pierre 3.9 ; II Thess. 1.7-9 ; Jean 4.42 ; Matt. 11.28 ; Éph. 1.20, 21 ; Phil. 2.9-11)

4. La nature de l’évangélisation

Évangéliser, c’est répandre la Bonne Nouvelle que Jésus-Christ est mort pour nos péchés, qu’il est ressuscité des morts selon les Écritures, qu’il règne en Seigneur et qu’il offre maintenant, à tous ceux qui se repentent et qui croient, le pardon des péchés et le don du Saint-Esprit pour nous rendre libres. Notre présence chrétienne dans le monde est indispensable à l’évangélisation, de même qu’un dialogue ouvert dans l’amour afin de mieux comprendre le prochain. Mais l’évangélisation elle-même est la proclamation du Christ : persuader les hommes de venir personnellement à lui pour être réconciliés avec Dieu. Lorsque nous transmettons l’invitation de l’Évangile, nous n’avons pas le droit de cacher ce qu’il en coûte d’être un disciple du Christ. Jésus continue d’appeler ceux qui veulent le suivre à renoncer à eux-mêmes, à se charger de leur croix et à s’identifier avec la communauté de ceux qui lui appartiennent. L’obéissance au Christ, l’intégration à son Église et un service responsable dans le monde sont les conséquences de l’évangélisation.

(I Cor. 15.3, 4 ; Actes 2.32-39 ; Jean 20.21 ; I Cor. 1.23 ; II Cor. 4.5 ; 5.11, 20 ; Luc 14.25-33 ; Marc 8.34 ; Actes 2.40, 47 ; Marc 10.43-45)

5. Responsabilité sociale du chrétien

Nous affirmons que Dieu est à la fois le Créateur et le Juge de tous les hommes ; nous devrions par conséquent désirer comme lui que la justice règne dans la société, que les hommes se réconcilient et qu’ils soient libérés de toutes les sortes d’oppressions. L’homme étant créé à l’image de Dieu, chaque personne humaine possède une dignité intrinsèque, quels que soient sa religion ou la couleur de sa peau, sa culture, sa classe sociale, son sexe ou son âge ; c’est pourquoi chaque être humain devrait être respecté, servi et non exploité. Là aussi, nous reconnaissons avec humilité que nous avons été négligents et que nous avons parfois considéré l’évangélisation et l’action sociale comme s’excluant l’une l’autre. La réconciliation de l’homme avec l’homme n’est pas la réconciliation de l’homme avec Dieu, l’action sociale n’est pas l’évangélisation, et le salut n’est pas une libération politique. Néanmoins nous affirmons que l’évangélisation et l’engagement sociopolitique font tous deux partie de notre devoir chrétien. Tous les deux sont l’expression nécessaire de notre doctrine de Dieu et de l’homme, de l’amour du prochain et de l’obéissance à Jésus-Christ. Le message du salut implique aussi un message de jugement sur toute forme d’aliénation, d’oppression et de discrimination.

Nous ne devons pas craindre de dénoncer le mal et l’injustice où qu’ils soient. Lorsque les hommes acceptent le Christ, ils entrent par la nouvelle naissance dans son Royaume et ils doivent rechercher, non seulement à refléter sa justice, mais encore à la répandre dans un monde injuste. Le salut dont nous nous réclamons devrait nous transformer totalement dans notre façon d’assumer nos responsabilités personnelles et sociales. La foi sans les oeuvres est morte.

(Actes 17.26, 31 ; Gen. 18.25 ; Ésa. 1.17 ; Psa. 45.7 ; Gen. 1.26 ,27 ; Jacques 3.9 ; Lév. 19.18 ; Luc 6.27, 35 ; Jacques 2.14-26 ; Jean 3.3, 5 ; Matt. 5.20 ; 6.33 ; II Cor. 3.18 ; Jacques 2.20)

6. L’Église et l’évangélisation

Nous affirmons que le Christ envoie son peuple racheté dans le monde, comme le Père a envoyé le Fils et que ceci demande que nous pénétrions profondément dans le monde quel que soit le prix à payer. Nous devons sortir de nos ghettos ecclésiastiques et imprégner la société non chrétienne. Dans sa mission de service sacerdotal, l’Église doit accorder la priorité à l’évangélisation. L’évangélisation du monde exige que toute l’Église apporte l’Évangile dans sa totalité au monde entier. L’Église est au centre même du dessein de Dieu pour l’univers, elle est le moyen choisi par lui pour répandre l’Évangile. Mais une Église qui prêche la Croix, doit porter elle-même la marque de la Croix. Elle fait obstacle à l’évangélisation lorsqu’elle trahit l’Évangile, lorsqu’il lui manque la foi vivante en Dieu, l’amour véritable pour les hommes ou l’honnêteté scrupuleuse en toutes choses. L’Église est la communauté du peuple de Dieu plutôt qu’une institution ; elle ne doit être assimilée à aucune culture particulière, à aucun système politique ou social, à aucune idéologie humaine.

(Jean 17.18 ; 20.21 ; Matt. 28.19, 20 ; Actes 1.8 ; 20.27 ; Éph. 1.9, 10; 3.9-11 ; Gal. 6.14, 17 ; II Cor. 6.3, 4 ; II Tim. 2.19-21 ; Phil. 1.27)

7. Coopération dans l’évangélisation

Nous affirmons que Dieu veut que son Église soit, de façon visible, une dans la vérité. L’évangélisation de son côté nous exhorte à être unis car l’unité renforce notre témoignage, tandis que nos divisions dévaluent l’Évangile de la réconciliation. Nous reconnaissons cependant que l’unité d’organisation peut prendre des formes diverses et ne favorise pas forcément l’évangélisation. Toutefois nous qui partageons la même foi biblique, nous devrions être intimement unis dans la communion fraternelle, dans l’accomplissement de notre tâche et de notre témoignage. Nous confessons que notre témoignage a été parfois déprécié par notre individualisme coupable et par une dispersion inutile. Nous nous engageons à rechercher une unité plus profonde dans la vérité, l’adoration, la sainteté et la mission. Nous préconisons une collaboration intensifiée sur le plan régional, pour aider l’Église à poursuivre sa tâche, élaborer des plans stratégiques, s’encourager mutuellement et partager ressources et expérience.

(Jean 17.21, 23 ; Éph. 4.3, 4 ; Jean 13.35 ; Phil. 1.27 ; Jean 17.11-23)

8. Collaboration des églises dans l’évangélisation

Nous nous réjouissons de voir se lever une nouvelle ère missionnaire. Nous assistons à la disparition rapide du rôle dominant des missions occidentales. Dieu est en train de susciter dans les jeunes Églises une force puissante et renouvelée pour l’évangélisation du monde. Il démontre ainsi que la responsabilité d’évangéliser appartient au Corps du Christ tout entier. C’est pourquoi toutes les Églises devraient demander à Dieu (et se demander) ce qu’il leur faudrait faire pour évangéliser leur propre contrée et pour envoyer des missionnaires dans d’autres parties du monde. Nous devrions constamment réévaluer notre rôle et notre responsabilité missionnaires. Ainsi se développera une collaboration croissante des Églises et le caractère universel de l’Église du Christ apparaîtra plus clairement. Nous remercions aussi Dieu pour ceux qui traduisent la Bible ou qui sont engagés dans la formation théologique, les mass media, la littérature chrétienne, l’évangélisation, les efforts pour renouveler l’Église et toute autre action spécialisée. Eux aussi devraient constamment s’examiner pour voir s’ils contribuent efficacement à la mission de l’Église.

(Rom. 1.8 ; Phil. 1.5 ; 4.15 ; Actes 13.1-3, I Thess. 1.6-8)

9. Urgence de l’évangélisation

Plus de 2700 millions de personnes, c’est-à-dire plus des deux tiers de l’humanité, doivent encore être évangélisés. Nous sommes honteux que tant d’hommes aient été négligés ; c’est pour nous et pour toute l’Église un constant reproche. Toutefois nous constatons aujourd’hui dans beaucoup de parties du monde que les hommes sont réceptifs, comme jamais auparavant, au Seigneur Jésus-Christ. Nous sommes convaincus que le temps est venu pour les Églises et pour les organisations para-ecclésiastiques de prier avec insistance pour le salut de ceux qui n’ont pas encore été atteints et pour accomplir de nouveaux efforts en vue d’achever l’évangélisation du monde. Dans un pays déjà évangélisé, il peut être parfois nécessaire de réduire le nombre des missionnaires étrangers et de restreindre l’aide financière pour faciliter la croissance de l’Église indigène et l’aider à acquérir plus de confiance en elle-même, et débloquer ainsi des fonds pour les régions non évangélisées. Les missionnaires devraient se déplacer de plus en plus librement au travers des six continents, animés d’un esprit d’humilité et de service. Notre but : obtenir par tous les moyens et le plus tôt possible que chaque homme puisse entendre, comprendre et accepter la Bonne Nouvelle. Ce but ne sera certainement pas atteint sans sacrifice. Nous sommes tous choqués par la pauvreté de millions d’êtres et troublés par les injustices qui en sont la cause. Ceux d’entre nous qui vivons dans l’abondance acceptons comme un devoir de vivre plus simplement pour contribuer plus généreusement à l’évangélisation et à l’aide aux déshérités.

(Jean 9.4 ; Matt. 9.35-38 ; Rom. 9.1-3 ; I Cor. 9.19-23 ; Marc 16.15 ; Ésa. 58.6, 7 ; Jacques 1.27 ; 2.1-9 ; Matt. 25.31-46 ; Actes 2.44, 45 ; 4.34, 35)

10. Évangélisation et culture

Le développement de stratégies pour l’évangélisation du monde réclame de l’imagination et des méthodes d’avant-garde. Avec l’aide de Dieu, il en résultera des Églises profondément enracinées dans le Christ et étroitement rattachées à la culture de leur pays. Celle-ci doit toujours être vérifiée et jugée par l’Écriture. L’homme est une créature de Dieu, c’est pourquoi certains aspects de sa culture sont empreints de beauté et de bonté. Cependant, il est également une créature déchue, c’est pourquoi elle est aussi entachée de péché et porte même parfois des traces d’influence démoniaque. L’Évangile ne présuppose nullement la supériorité d’une culture par rapport à une autre, mais il les évalue toutes d’après ses propres critères de vérité et de justice ; il insiste, dans chaque culture, sur les impératifs absolus de la morale. Trop souvent, les missions ont exporté, en même temps que l’Évangile, une culture étrangère et les Églises ont été parfois esclaves de la culture, plutôt que de l’Écriture. Les évangélistes du Christ doivent humblement chercher à se libérer de tout ce qui ne leur est pas authentique et personnel, pour devenir serviteurs des autres. Les Églises doivent chercher à transformer la culture et à l’enrichir pour la plus grande gloire de Dieu.

(Marc 7.8 ,9 ,13 ; Gen. 4.21, 22 ; I Cor. 9.19-23 ; Phil. 2.5-7 ; II Cor. 4.5)

11. Enseignement et autorité

Nous confessons que nous avons parfois recherché la croissance de l’Église au détriment de sa valeur spirituelle et que nous avons séparé l’évangélisation de l’édification chrétienne. Nous reconnaissons également que certaines de nos missions ont été trop lentes à former des responsables autochtones et à leur demander d’assumer les tâches qui leur incombaient. Nous sommes convaincus que les indigènes doivent prendre en mains la responsabilité de l’Église et nous espérons vivement que, dans chaque pays, l’Église aura ses propres responsables qui dirigeront dans un esprit chrétien, non pas en dominant le troupeau, mais en étant ses serviteurs. Nous reconnaissons qu’il est urgent d’améliorer la formation théologique, surtout celle des responsables d’Église. Dans chaque nation, dans chaque culture, nous souhaitons que soit établi un programme efficace pour la formation des pasteurs et des laïcs (doctrine, évangélisation, édification, service, formation de disciples). De tels programmes ne devraient pas dépendre de méthodes stéréotypées, mais se développer par des initiatives locales conformes aux normes bibliques.

(Col. 1.27, 28 ; Actes 14.23 ; Tite 1.5, 9 ; Marc 10.42-45 ; Éph. 4.11, 12)

12. Conflits spirituels

Nous croyons que nous sommes engagés dans une lutte spirituelle constante contre les principautés et les puissances du mal qui cherchent à renverser l’Église et à l’empêcher d’évangéliser le monde. Nous savons qu’il nous faut revêtir l’armure de Dieu et combattre avec les armes spirituelles de la vérité et de la prière. Nous discernons l’activité de notre ennemi, non seulement dans les fausses idéologies répandues dans le monde, mais encore à l’intérieur même de l’Église, dans les évangiles falsifiés qui tordent le sens des Écritures et qui mettent l’homme à la place de Dieu. Nous avons besoin de vigilance et de discernement pour maintenir l’Évangile biblique. Nous reconnaissons que nous-mêmes ne sommes pas à l’abri de l’esprit du monde en ce qui concerne notre pensée et notre action, c’est-à-dire que nous cédons au sécularisme. Par exemple, bien que des études attentives de la croissance numérique et spirituelle des Églises soient utiles et justifiées, nous les avons parfois négligées. D’autres fois, dans notre désir de voir les gens répondre à l’Évangile, nous avons engagé notre message dans des compromis, nous avons manipulé nos auditeurs par des pressions psychologiques, nous nous sommes trop préoccupés de statistiques et nous avons manqué d’intégrité en les utilisant. Tout cela porte la marque du monde. L’Église doit être dans le monde ; le monde ne doit pas être dans l’Eglise.

(Éph. 6.12 ; II Cor. 4.3, 4 ; Éph. 6.11, 13-18 ; II Cor. 10.3-5 ; I Jean 2.18-26 ; 4.1-3 ; Gal. 1.6-9 ; II Cor. 2.17 ; 4.2 ; Jean 17.15)

13. Liberté et persécution

Dieu a chargé tous les gouvernements d’assurer des conditions de paix, de justice et de liberté dans lesquelles l’Église peut lui obéir, servir Christ le Seigneur et prêcher l’Évangile sans empêchement. C’est pourquoi nous prions pour les chefs des nations et nous leur demandons de garantir la liberté de pensée et de conscience, ainsi que celle de pratiquer la religion et de la propager selon la volonté de Dieu et conformément à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Nous sommes intensément préoccupés de tous ceux qui ont été injustement emprisonnés. Nous pensons particulièrement à nos frères qui souffrent à cause de leur témoignage au Seigneur Jésus. Nous promettons de prier et d’agir pour leur libération. En même temps, nous refusons de nous laisser intimider par leur sort. Avec l’aide de Dieu, nous chercherons aussi à nous opposer à l’injustice et à rester fidèles à l’Évangile, quel qu’en soit le prix. Nous nous souvenons de l’avertissement de Jésus : la persécution est inévitable.

(I Tim. 1.1-4, Actes 4.19 ; 5.29 ; Col. 3.24 ; Héb. 13.1-3 ; Luc 4.18 ; Gal. 5.11 ; 6.12 ; Matt. 5.10-12 ; Jean 15.18-21)

14. La puissance du Saint-Esprit

Nous croyons en la puissance du Saint-Esprit. Le Père a envoyé son Esprit pour témoigner de son Fils ; sans son témoignage, le nôtre est vain. L’Esprit produit en nous la conviction de péché, la foi dans le Christ, la nouvelle naissance et la croissance dans la vie chrétienne. D’autre part le Saint-Esprit est un esprit missionnaire : ainsi l’évangélisation devrait jaillir spontanément d’une Église remplie de l’Esprit. Lorsqu’une Église n’est pas missionnaire, elle est en contradiction avec elle-même et elle éteint l’Esprit. Une évangélisation à l’échelle mondiale ne deviendra une possibilité réelle que lorsque l’Esprit renouvellera l’Église dans la vérité et la sagesse, la foi, la sainteté, l’amour et la puissance. C’est pourquoi nous demandons à tous les chrétiens de prier Dieu pour une telle visitation de son Esprit souverain, afin que son fruit soit manifesté en tous ceux qui lui appartiennent et que tous ses dons puissent enrichir le Corps du Christ. Alors seulement, l’Église entière deviendra un instrument utile dans sa main et toute la terre pourra entendre sa voix.

(I Cor. 2.4 ; Jean 15.26 ; 27 ; 16.8-11 ; I Cor. 12.3 ; Jean 3.6-8 ; II Cor. 3.18 ; Jean 7.37-39 ; I Thess. 5.19 ; Actes 1.8 ; Psa. 85.4-7 ; 67.1-3 ; Gal. 5.22, 23 ; I Cor. 12.4-31 ; Rom. 12.3-8)

15. Le retour du Christ

Nous croyons que Jésus, en personne, reviendra de façon visible, dans la puissance et dans la gloire, pour parachever son salut et son jugement. Cette promesse de retour est un stimulant supplémentaire pour notre évangélisation, car nous nous rappelons qu’il a dit que l’Évangile doit être d’abord prêché à toutes les nations. Nous croyons que cette période intermédiaire entre l’ascension et le retour du Christ doit être remplie de l’activité missionnaire du peuple de Dieu qui n’a pas le droit de s’arrêter avant la fin. Nous nous souvenons aussi qu’il nous a avertis : de faux christs et de faux prophètes se lèveront, précurseurs de l’Antéchrist final. C’est pourquoi nous rejetons, comme rêve orgueilleux et présomptueux, l’idée que l’homme puisse jamais édifier sur terre un règne de paix et de bonheur. Nous croyons que Dieu rendra parfait son royaume et, avec un ardent désir, nous attendons ce jour ainsi que les nouveaux cieux et la nouvelle terre où la justice habitera et où Dieu règnera pour toujours. Entre-temps, nous nous consacrons de nouveau au service du Christ et à celui des hommes, en nous soumettant avec joie à son autorité sur nos vies tout entières.

(Marc 14.62 ; Héb. 9.28 ; Marc 13.10 ; Actes 1.8-11 ; Matt. 28.20 ; Marc 13.21-23 ; 1 Jean 2.18 ; 4.1-3 ; Luc 12.32 ; Ap. 21.1-5 ; II Pierre 3.13 ; Matt. 28.18)

Conclusion

Puisque telle est notre foi et notre résolution, nous nous engageons par une alliance solennelle avec Dieu, et les uns avec les autres, à prier, à dresser des plans et à oeuvrer ensemble pour l’évangélisation du monde entier. Nous appelons autrui à se joindre à nous. Que Dieu nous aide par sa grâce et pour sa gloire à être fidèles à cette alliance ! Amen ! Alléluia !

Des églises qui implantent des églises

Nous serons un réseau d’église qui implantent des églises.

C’est pour cela qu’Actes 29 existe. Notre attention n’est pas uniquement portée sur nos assemblées, mais l’œuvre de Dieu par l’évangile de Jésus-Christ, qui déclare son nom comme glorieux jusqu’aux extrémités de la terre. Dans l’ADN de toute église Actes 29 se trouve un désir profond et moteur de voir des églises implantées partout dans le monde—des églises marquées par la clarté théologique, par l’implication dans la culture et par la créativité missionnelle.

Nous sommes un réseau d’églises qui sont théologiquement alignées mais philosophiquement diverses, et nous prions que l’Esprit nous donne d’être profondément soumis à la Parole de Dieu et de marcher en soumission heureuse à lui. Actes 29 n’est pas un club théologique où les églises et les implanteurs d’églises se réunissent autour d’un alignement théologique sans le désir ou la détermination d’implanter d’autres églises. À la base, nous sommes un réseau d’implantation d’églises. Que l’Esprit attire ceux qui partagent cette passion afin que nous voyions des multitudes de personnes réconciliées à lui par Jésus-Christ.

La sainteté et l’humilité

Nous serons marqués par la sainteté et par l’humilité.

Notre désir est que notre réseau soit rempli d’hommes et de femmes saints, sacrificateurs, et mûrs :

  • qui sont prêts à renoncer à toute liberté si cela servait à la cause de Christ ;
  • qui ne recherchent pas le conflit, mais qui ne sont pas effrayés par lui ;
  • qui chérissent Christ et son évangile par-dessus tout.

Nous désirons être des serviteurs fidèles qui aiment profondément Jésus et qui forment, coachent et implantent des églises qui formeront, coacheront et implanteront d’autres églises. Nous aurons toujours nos faiblesses, mais notre espérance est la suivante : peu importe ce qui est dit à notre sujet — même par nos ennemis — il sera indiscutable que nous sommes des hommes et des femmes qui s’investissent profondément dans le Royaume de Dieu et qui marchent dans la sainteté et dans l’humilité.

Un réseau divers et global

Nous serons une communauté radicalement diverse et globale.

C’est une joie et un privilège de travailler avec des frères et des sœurs d’autres arrière-plans culturels, ethniques et économiques, et d’apprendre d’eux. Nous voulons aussi apprendre de ceux qui nous sont différents de nous en pratique, en philosophie et en culture ; surtout lorsqu’il s’agit de ceux qui viennent d’autres coins du monde. Notre désir est de trouver l’Esprit de Dieu au travail parmi nous, afin de voir davantage sa gloire dans une harmonie ethnique révélant la valeur infinie de Dieu et la puissance de l’évangile d’une manière évidente et captivante.

L’harmonie ethnique et la diversité globale sont au cœur de ce que représente le christianisme. Les Écritures nous enseignent qu’il y a deux peuples — le peuple du premier Adam et le peuple du Dernier Adam. Ce n’est « qu’en Christ » que nous pouvons réaliser cette identité. Nos différentes cultures ont chacune une histoire et une tradition individuelles, mais l’évangile les transcende et se les réapproprie pour Christ, et fait de nous un nouveau peuple : la famille de Dieu. Nous continuons à valoriser ce qui est bon et juste dans nos cultures en même temps que nous nous soumettons à notre nouvelle famille en tant que fils et filles adoptifs — des co-héritiers avec Jésus-Christ.

La prière pour des conversions par l’évangélisation

Nous prierons pour des conversions par le moyen de l’évangélisation.

« J’ai besoin de te parler de Jésus — quand veux-tu discuter ? » Des mots aussi simples peuvent causer un changement éternel, et servir à ressusciter en Christ ceux qui sont spirituellement morts. Témoigner de l’œuvre salvatrice du Saint-Esprit crée en nous un désir insatiable de voir de plus en plus de conversions. C’est pour cette raison que nous prions pour des conversions par le moyen de l’évangélisation.

Pour cela, des prédications évangéliques sont indispensables, mais nous avons également besoin d’une approche globale de l’évangélisation. Nous désirons que nos églises soient remplies de personnes qui modèlent une évangélisation personnelle en partageant l’évangile dans leurs voisinages avec la même hardiesse que dans l’église. Nous désirons que nos églises soient remplies de personnes désireuses de voir des conversions, et qui font preuve d’une sainte frustration lorsqu’ils ne les voient pas. Nous désirons que nos églises soient remplies de personnes qui croient à la suffisance de l’Ecriture et à la puissance de l’Esprit pour briser les cœurs des personnes les plus dures de leurs villes. Nous désirons que nos églises soient remplies d’hommes et de femmes qui voient leurs relations avec leurs voisins, leurs collègues et leurs amis comme des opportunités pour aimer, en priant pour eux et en partageant cette merveilleuse nouvelle avec eux. Nous désirons que nos églises soient remplies d’hommes et de femmes qui aiment tant l’œuvre salvatrice de Dieu qu’ils se sentent poussés à aller jusqu’aux extrémités de la terre pour proclamer et vivre l’évangile jusqu’à ce que tous ceux que Dieu a choisi soient sauvés.

Que l’Esprit nous guide et nous protège, et qu’il attire de nombreuses personnes à Jésus, non seulement dans nos églises, mais aussi dans toutes les églises où l’on prêche, aime et sert Jésus.

Networks
US Office:

23052 Alicia PKWY, Suite H #621, Mission Viejo, CA 92692

Tel: (+1) 949-771-4664

UK Office:

Unit 11 Westbrook Court | Sheffield S11 8YZ

General Inquiries: